Dans les bacs, «Hello World», premier album d’une IA

La pochette de «Hello World», premier album composé avec l’IA Flow Machines. © Skygge

Après des années dans le lab et quelques sorties remarquées via les plateformes de streaming, il est temps pour Flow Machines, un programme d’intelligence artificielle (IA) conçu pour composer de la musique, de se confronter à son public. Le 12 janvier sort Hello World, fruit de la collaboration entre le compositeur Benoit Carré, l’IA Flow Machines et des artistes invités, dont Stromae en tête d’affiche.

«Hello Shadow», composé avec Flow Machines, décembre 2017:

Flow Machines est développé depuis 2012 dans le laboratoire de recherche français de Sony, sous l’impulsion de François Pachet, ancien directeur du Sony CSL Paris et désormais directeur du Spotify Creator Technology Research Lab, un lab dédié au développement d’outils d’IA pour les musiciens. En 2016, l’équipe d’ingénieurs et d’artistes sortaient leurs premiers morceaux, Daddy’s Car, de la pop inspirée des Beatles, et Mr Shadow, dans le style des compositeurs américains Irving Berlin ou Duke Ellington. A eux deux, les morceaux comptabilisent désormais plus de 2,3 millions de vues sur YouTube.

A cette occasion, François Pachet et Benoit Carré disséquaient pour Makery la technologie et la philosophie de leur programme, qui repose sur le dialogue entre la machine et l’humain plutôt que sur la création autonome de l’IA — ce qu’elle serait cependant capable de faire, expliquait François Pachet.

De ce dialogue entre Benoit Carré et Flow Machines est né le duo Skygge. C’est sous cet alias que l’équipe sort en décembre 2017 Hello Shadow, un titre tubesque composé en collaboration avec Stromae dont on reconnaît aisément la patte. L’artiste belge a « apporté ses influences musicales sous forme de notes, d’accords et de sons pour nourrir la machine, est-il détaillé sur le communiqué de presse. Il a ensuite sélectionné les mélodies et la matière sonore générées par Flow Machines pour les assembler sous forme de chanson. » Le morceau a ensuite été envoyé à l’artiste canadienne Kiesza qui y a apposé ses paroles.

Un deuxième morceau a été dévoilé au public, In the House of Poetry, une ballade sombre et hantée aux sons aspirés, un procédé qui semble être une constante dans les compositions de l’IA.

L’album Hello World sortira au format numérique le 12 janvier sur le label Flow Records, créé à l’occasion pour « produire de la musique composée par IA ». Pour créer ses quinze titres, Skygge s’est entouré de plus de trente artistes internationaux dont la chanteuse Camille Bertault, le musicien allemand Jata, le chanteur Michael Lovett et le producteur anglais Ash Workman. Encore un peu d’humain dans la machine…

Plus d’infos sur le site de «Hello World»

La newsletter Makery

Chaque semaine, l’essentiel de l’actu des labs. (archives)