Le four de fusion du verre des Arts Codés ne s'arrête jamais. © Jean-Philippe Renoult

Makesound par Jean-Philippe Renoult: le four de fusion du verre

Aux Arts Codés, Jean-Philippe Renoult a joué avec «l’œuf», le four pour verre de l’espace coopératif de Pantin. Pour la 2ème saison de sa chronique en binaural, l’artiste ajoute ses motifs au son de la machine. Ecoute au casque recommandée!

Au centre de la manufacture coopérative, un four de fusion du verre de fabrication danoise en forme d’œuf. Aux Arts Codés, on l’appelle « l’œuf », tout simplement. L’atelier Gamil y réalise des commandes artistiques spécifiques, pour les plasticiens Jean-Marie Appriou ou Margaret Furlong. Impossible pour l’artiste sonore que je suis de pas entendre le drone ambiant qu’il émet jour et nuit. « C’est lui qui donne une âme aux Arts Codés », dit Vincent Guimas, le responsable de cet espace coopératif de design situé à Pantin…

L’œuf ne s’arrête jamais car il doit rester à température constante à 1600°. Il est enregistré ici de loin au petit matin, dans le calme. La vie tout autour s’y fait jour petit à petit. J’expose dans cette réalisation de courts motifs sonores que je me propose de développer dans les épisodes à venir de cette deuxième saison de Makesound.

Stéphane Pelletier, verrier aux Arts Codés. © Jean-Philippe Renoult

Un grand merci aux Arts Codés, et notamment à Stéphane Pelletier, verrier, et Vincent Guimas, responsable du lieu

Retrouvez les précédentes chroniques Makesound