Gary Cige à l'entrée de l'Usine IO, dont il est co-fondateur. © Quentin Chevrier

L’Usine IO n’est pas un fablab… mais alors qu’est-ce que c’est ?

Commentaires

  • Heffix Boulanger

    Excellent ça. Est-ce que l’inauguration de l’usine le 1er octobre est ouverte à tous ? I guess yes 😉

  • Lefab SaintNazaire

    Loin de l’envergure Parisienne, Le FAB à St Nazaire travaille avec les entreprises ou futures entreprises de la même manière depuis 1 an! Bien sûr avec beaucoup moins de moyens financiers mais avec beaucoup de compétences et de passion!
    Notre petite différence (majeure) est que ce modèle économique nous permets de financer un véritable FabLab, ouvert à tous, même au non-bricoleurs ^^
    C’est un pari fou… de professionnels follement passionnés… qui rencontre un beau succès!
    Usine IO redirige les particuliers vers les FabLab existant de Paris. Et c’est intelligent!
    Pour de grandes zones géographiques, il est important de ne pas tout centraliser pour donner plus d’accessibilité aux utilisateurs!
    Bref, hâte d’aller visiter ce nouveau lieu!

    • Makery

      Merci pour ce partage d’expérience.
      Pour ceux désireux d’obtenir plus d’informations sur le Fab Saint Nazaire : http://lefab44.com

  • Richard Timsit

    Je trouve que la formule « on n’est pas dans la bricole » pour se différencier des FabLabs (qui se veut péjorative) révèle un manque d’acuité total sur ce qui est en train de se passer dans la société, dans les laboratoires en général et dans les FabLabs en particulier !
    On bricole toujours quand on fait de la recherche ! Quand on ne bricole plus, cela devient inquiétant…
    L’exigence dans les FabLabs est telle qu’ils drainent des scientifiques de toute discipline qui veulent aller plus loin ou autrement que ce que leur offre leur institution ou leur entreprise, ils trouvent un immense intérêt à côtoyer des ingénieurs, des techniciens, des passionnés de toute culture. C’est cette ouverture qui est féconde et qui fait toute la différence avec ce que sont les incubateurs.
    Les développeurs de logiciels libres étaient pris hier aussi pour des bricoleurs de façon péjorative, aujourd’hui le fruit de leur travail est le socle de toute l’infrastructure informatique. (Certainement aussi celui de l’Usine IO).
    Depuis quelques années ces développeurs se retrouvent dans des ateliers absolument ouverts et sont rejoints par des techniciens, des bricoleurs, des ingénieurs, des scientifiques, des artistes, ensemble ils prototypent (bricolent ?) ce monde dont nous aurons tous besoin demain.
    Peut-être qu’Usine IO sera un outil utile à quelques entrepreneurs, ce serait la moindre des choses en fonction de l’argent investi, mais les FabLabs (qui auraient tellement eu besoin de cette aide…) offrent de bien plus belles perspectives en terme d’innovation à un bien plus grand nombre de gens.