5 juin > 5 juillet

Aix-en-Provence

Appel à résidence collaborative la Hive

On ne sait pas trop encore à quoi ressemblera thecamp, le « premier campus européen consacré aux technologies émergentes et aux nouveaux usages » qui ouvrira ses portes à l'automne – nouvelles elles aussi, les portes, puisque le bâtiment occupera 7 hectares en Provence, en pleine nature, face à la montagne Sainte-Victoire, à 15mn du centre d'Aix-en-Provence. On suppute que cette université du futur (et tiers-lieu et accélérateur de start-ups), mi-publique mi-privée, pourrait, grâce à son riche fondateur, Frédéric Chevalier (le « Xavier Niel provençal »), devenir un haut lieu de l'innovation collaborative. En attendant d'aller vérifier de visu, le tout premier programme de résidence de création collaborative, la Hive, vient d'ouvrir sa phase de candidatures, du 5 juin au 5 juillet. La Hive devrait intéresser les makers, designers, codeurs et autres artistes numériques… Pendant six mois, du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018, la Hive accueillera 20 jeunes créatifs (« priorité aux 20-30 ans, mais nous acceptons toutes les candidatures de talents motivés »), tous frais payés, bourse mensuelle de 600€ et accès à toutes les activités du campus à la clé. Cette résidence collaborative (et internationale) a pour objet de « changer le monde » (rien moins), en développant et prototypant en équipe des solutions concrètes aux défis environnementaux, sociaux, économiques pour un « monde plus durable ». Les futurs « hivers » doivent répondre à un questionnaire en ligne et déposer un portrait libre en 90 secondes avant le 5 juillet. Sélection finale le 24 juillet.

Pour candidater à la Hive, c'est par ici, la FAQ de la résidence, c'est par là

28 > 30 juin

La Haye (Pays-Bas)

Border Sessions

Le festival hollandais aux frontières de la science Border Sessions propose une édition 2017 entre colonisation martienne et nouveaux mondes. La manifestation intensément pluridisciplinaire de La Haye rassemble chaque année un bon millier de scientifiques, prospectivistes, écrivains, artistes, designers, makers, ingénieurs et architectes, « des esprits créatifs et critiques de partout dans le monde qui partagent la conviction que la technologie devrait être un instrument puissant pour des changements positifs ». Au menu cette année, la colonisation martienne sans retour du projet Mars One, l’agriculture et l’alimentation spatiale (il faut dire que l'épicentre du festival est proche du Centre européen de technologie spatiale et du programme Melissa de l’Agence spatiale européenne) ou encore un workshop Cannabis 2.0 qui tentera de penser l'innovation dans le domaine après le boom de ces dernières années aux Etats-Unis. Partenaire du festival, le Open Wetlab de la Waag Society d’Amsterdam y organise une journée « Human Enhancement Clinic » (« clinique de l'humain augmenté ») le 28 juin. Les 29 et 30, le festival propose une série d’ateliers et conférences en cinq themas (« Advanced Human Settlements, Darwin+, Human Nature, Next Society, Planetary Boundaries »). Côté intervenants, on y croisera le pionnier japonais des poissons-robots Ikuo Yamamoto, James Ehrlich de ReGen Villages (le Tesla des écovillages), l'architecte israélien de Forensic Architecture Eyal Weizman ou encore Peter Frase, le journaliste prospectiviste américain du magazine Jacobin qui vient de publier Four Futures: Life after Capitalism. Pour la première fois, Border Sessions remettra également ses Border Awards récompensant les « makers, joueurs, inventeurs qui inspirent à la création d’un nouveau monde » dans le transport durable, la relocalisation alimentaire, l’énergie non carbonée, les télécommunications propres et soucieuses du respect de la vie privée… Tout un programme.

En savoir plus sur Border Sessions

5 > 7 juillet

Paris

OuiShare Fest

« Cités de tous les pays : unissez-vous ! », c'est le thème du 5ème OuiShare Fest, le festival des transformations numériques et de l'économie collaborative. Après quelques sessions d'« échauffement », dont une à Lyon le 25 mai au European Lab, le grand rassemblement se tiendra cette année aux Magasins généraux de Pantin du 5 au 7 juillet. Soit trois jours et autant de sous-thèmes pour réfléchir à la façon dont les villes et les citoyens peuvent unir leurs forces et créer de nouvelles alliances, avec l'habituel cocktail d'ateliers, conférences, performances et barcamps, le tout en français et en anglais (mais surtout en anglais). Côté intervenants conviés cette année, on notera Alastair Parvin, créateur de la fondation WikiHouse, Tomás Diez, fondateur du Fablab Barcelona, à l'origine du réseau Fab City, Mark Watts, directeur du réseau de villes pour le climat C40 ou encore Anil Gupta, créateur de l'incubateur Honey Bee Network. La nouveauté 2017 : les matinées des 6 et 7 juillet seront occupées par des masterclasses de quatre heures animées par des experts tels Guillaume Lavoie, conseiller de la Ville de Montréal, pour en apprendre plus sur l'économie collaborative, ou Ariane Conrad, consultante éditoriale américaine, pour suivre un cours de storytelling. Inscriptions et tarifs à 50€ pour les étudiants et freelances, et de 150€ à 950€ pour les trois jours (avec ou sans masterclass, déjeuner, etc.).

Plus d'infos sur le site du OuiShare Fest

13 > 16 juillet

L'Ile-Saint-Denis

Festival Bellastock La ville des terres

Construire et déconstruire collectivement. C'est ce que propose depuis 2006 le festival Bellastock, qui aura lieu du 13 au 16 juillet en Seine-Saint-Denis sur le thème « La ville des terres ». Chaque année, un millier de participants se réunit pour ce festival d'architecture expérimentale qui prend la forme d'un chantier de construction collectif. La 12ème édition, en partenariat avec CRAterre-Ensag et Amàco, entend proposer des solutions de réemploi des terres de déblais produites par le chantier du Grand Paris. Le principe est le suivant : 100 équipes de 5 personnes (étudiants, archis, designers, makers, maçons, etc.) ont deux jours pour prototyper leur projet à partir de 500 blocs de terre comprimée, 450m3 de terre excavée, 9m2 de bac acier et 10 liteaux de bois, et construire les espaces publics et collectifs (sauna, four à pain, bacs à fleurs…) de la ville des terres. Le troisième jour est ouvert au public qui découvre les projets expérimentaux. Et le dernier est consacré… à démonter la ville éphémère. Le tout se passe sur le site du chantier de l'écoquartier fluvial, sur l'atelier Actlab de Bellastock, 9 quai du Châtelier à L’Ile-Saint-Denis, avec pour parrain Patrice Doat, cofondateur de CRAterre et lauréat du Global Award for Sustainable Architecture 2016. Une trentaine d'écoles d'architecture et de design participent à l'opération.

En savoir plus sur La ville des terres (site et Facebook)