Open Computer ou la possibilité d’un portable modulaire libre

Un écran tactile transformable en tablette communicant en wifi avec la base. © Cairn Devices

Un ordinateur portable modulaire, durable et open source. C’est le pari lancé par quatre libristes alsaciens avec Open Computer. Le projet de Cairn Devices est l’un des 140 finalistes du concours La Fabrique Aviva, qui récompense des projets d’initiative sociale, solidaire et environnementaux, après une première qualification le 30 avril avec 7.264 votes en ligne. Mais d’ici le 18 juin, date du grand jury qui pourrait leur décerner le premier prix de 85.000€, l’Open Computer n’est encore qu’un ambitieux projet, une preuve de concept qui attend son prototype fonctionnel.

Le concept, donc, est celui d’un ordinateur portable open source facilement réparable et totalement modulable : les composants (SSD, RAM, GPU…) sont des blocs indépendants, et de ce fait facilement remplaçables. « Le but, explique Alexandre Combe, directeur technique, est de maîtriser la consommation de ressources naturelles, en changeant seulement les pièces endommagées ou en faisant évoluer l’ordinateur sans tout changer. » La machine imaginée par Cairn Devices s’appuie sur des composants standards, disponibles sur le marché. Des prototypes open hardware pour la structure, les connectiques et la charnière ont été élaborés. Quant au système d’exploitation (OS), l’Open Computer s’appuie sur GNU/Linux.

Cairn Devices repense l’architecture de l’ordinateur pour le rendre modulaire et réparable. © Cairn Devices

Cairn Devices n’est pas le premier à se lancer sur le marché modulaire. En 2013, Google s’était intéressé à Phonebloks, et envisageait pour son projet de smartphone Ara de rendre chaque élément remplaçable. Une idée prometteuse… que le géant du Net a abandonnée. Ce n’est pas non plus le premier ordinateur portable open source. Depuis 2005, des chercheurs du Media Lab du MIT sont à l’origine de One Laptop Per Child (OLPC), un ordinateur à bas coût pour les enfants des pays en développement. Le XO, distribué sous Linux, équipe aujourd’hui 3 millions d’enfants dans le monde (par ici, le wiki de la communauté française).

Peu importe, estiment les Alsaciens, ce qui fera la différence de leur Open Computer, c’est sa modularité, « plus simple à l’échelle d’un ordinateur que d’un portable », selon Alexandre Combe, et la possibilité de l’assembler soi-même, grâce à une plateforme de partage. Ce « Github du hardware » mettra à disposition les plans de l’ordinateur de manière à ce que « les makers puissent refaire l’Open Computer ou le faire avec d’autres solutions de conception, permettant l’ajout de fonctionnalités », dit Alexandre Combe.

La petite équipe joue aussi la carte écolo : la coque et les charnières seront en aluminium, matériau recyclable, léger et aux propriétés thermiques intéressantes et certains éléments de la structure intérieure seront en PLA, matière plastique d’origine végétale et biodégradable.

Plus d’infos sur l’Open Computer

La newsletter Makery

Chaque semaine, l’essentiel de l’actu des labs. (archives)