Une maison en pisé désignée World Building of the Year

Et le prix du World Building of the Year revient à… cette modeste maison en pisé. © CUHKU – KUST

Signe des temps. Lors de la 10ème édition du World Architecture Festival, qui réunissait du 15 au 17 novembre la fine fleur de l’architecture internationale à Berlin, c’est une maison chinoise en pisé antisismique qui a reçu le prestigieux prix du World Building of the Year, l’équivalent des Oscars de l’architecture. Conçu par l’équipe 1U1V (One University One Village), des chercheurs de l’université chinoise de Hong Kong et de l’université des sciences et technologies de Kunming, le prototype a été construit pour un couple de vieux Chinois après la destruction de leur village de Guangming, dévasté par le séisme de Ludian en 2014. L’habitation est conçue pour être résiliente en cas de nouvelles activités sismiques tout en utilisant les matériaux traditionnels locaux.

Cette récompense a de quoi surprendre tant l’événement regroupe les projets les plus spectaculaires et les plus grands noms de l’architecture. Mais le jury a privilégié la durabilité, l’aspect low-tech et l’impact social du projet. Tout en recourant au pisé, les architectes ont développé une nouvelle méthode pour cette technique de construction ancestrale en renforçant sa capacité à résister aux tremblements de terre. L’habitation répond ainsi à des problématiques locales et globales : en plus de son système parasismique, elle est aussi éco-énergétique et a un coût de fabrication abordable : à 104€ le m2, la maison de 148m2 a été bâtie en quatre mois.

Plan de coupe de l’habitation. © CUHKU – KUST

Même si certains des habitants du village voulaient reconstruire en béton, le matériau terre (qui a ses adeptes partout dans le monde) a été privilégié par les architectes qui ont ainsi intégré les décombres du tremblement de terre qui avait fait 617 morts et détruit 80.000 habitations dans le nord-est de la province du Yunnan. Des barres d’acier fixées dans les murs permettent d’améliorer la résistance aux séismes. Dans un reportage d’Al Jazeera, Edward NG, l’architecte à la tête de l’équipe, fort de cette reconnaissance internationale, se dit prêt à convaincre les autorités chinoises à son retour pour accélérer la construction de ce type d’habitation pour les milliers de personnes qui en ont besoin.

L’intérieur de la maison. © CUHKU – KUST

Le prix du World Building of the Year, qui salue la portée et l’ambition du projet, témoigne aussi d’une reconnaissance de l’architecture au plus haut niveau pour des solutions sobres et durables, adaptées aux ressources locales et à impact social fort. D’autant plus que ce procédé pourrait s’appliquer dans chaque région du monde où les risques sismiques sont forts et où le niveau de richesse est faible. « Ce bâtiment est une démonstration que l’architecture est tout aussi pertinente dans les communautés les plus pauvres que dans les plus riches », a ainsi commenté Paul Finch, le président du World Architecture Festival.

En savoir plus sur le World Architecture Festival 2017 et sur le projet lauréat d’1U1V

La newsletter Makery

Chaque semaine, l’essentiel de l’actu des labs. (archives)