Software Heritage: l’Inria archive le patrimoine mondial du logiciel libre


Vers une bibliothèque universelle du logiciel libre. © CC by 2.0 Germán Poo-Caamaño

20 millions de projets logiciels et 2,5 milliards de fichiers sources (avec tout leur historique de développement). C’est un énorme pan de la mémoire du logiciel libre qu’a collecté l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) dans le cadre de Software Heritage, qu’il vient de mettre en ligne. Le projet, démarré « en catimini » il y a un an et demi, a pour objectif de collecter, organiser, préserver et rendre accessible le code source de tous les logiciels libres. Sur la nouvelle plateforme, chacun peut désormais participer à son développement web, y ajouter des fichiers sources ou des programmes libres, ou puiser dans les codes pour bidouiller soi-même.

A l’origine de Software Heritage, Roberto Di Cosmo, chercheur italien à l’ENS et l’université Paris Diderot, a proposé le projet à l’Inria, réuni une équipe de scientifiques et ingénieurs investis dans l’écosphère open source. Selon l’Usine digitale, l’Inria a alloué un budget annuel de 500 000€ sur trois ans.

Aujourd’hui, la base de données représente « 20% du logiciel libre disponible dans le monde », selon Roberto Di Cosmo. Pour collecter les 80% restants, le président de l’Inria Antoine Petit lance un appel aux scientifiques, industriels et contributeurs. 

«Nous avons décidé de lancer Software Heritage il y a plus d’un an, et nous avons montré sa faisabilité. Afin de le déployer à l’échelle mondiale, il est temps maintenant d’ouvrir le projet à la contribution la plus large, nationale et internationale.»

Antoine Petit, pdg de l’Inria

Sont déjà partenaires de Software Heritage l’institution publique néerlandaise Dans (Data Archiving and Network Services) et… Microsoft : « Nous applaudissons le projet Software Heritage comme un projet ouvert qui contribuera à organiser et conserver la connaissance sous la forme de code source pour les générations futures », dit son directeur général Jon Paoli.

En savoir plus sur Software Heritage et contribuer à son développement