Remise des «Bullshit Bingo Awards» ou la dénonciation du jargon de l'innovation. © Nicolas Barrial

Le festival des hackers en Seine se paie la French Tech

Commentaires

  • NOTRE PROJET SIGNOTHEQUE.ARBORESIGN.ORG FACILITE LA VOIE DE L’ACCESSIBILITÉ…

  • Thaïti Bob

    le mot « HACK » était hors catégorie car déjà vainqueur devant tous les autres bullshit words ??

  • Paul Elji

    à ma connaissance, il n’y avait pas de véritables hackers au hackaton Nec Mergitur.
    Il faut dire aussi que hacker Twitter ou Facebook dans cette environnement « juridique » aurait été un peu paradoxal.
    Non, il y avait des sociétés, bien comme il faut, avec des applications presque terminées venant les « faire connaître ».

    • Hacker c’est plutot contribuer à l’internet libre que récupèrer des mots de passe twitter ou facebook… D’ailleurs, terminologiquement ce dont du parle c’est plutot du cracking, et les hackers ont horreur de ça. Je te laisse te renseigner http://www.catb.org/esr/faqs/hacker-howto.html

      • Paul Elji

        non, ma définition était bien la bonne, dans le contexte. Regarde le programme de ce hackaton.

        • Avis à tous les jeunes et journalistes qui lisent ceci: ne l’écoutez pas, ceci est le bon manuel pour devenir un hacker et contient donc la bonne définition: http://www.catb.org/esr/faqs/hacker-howto.html C’est écrit par Eric Steven Raymond, entre autres fondateur de l’Open Source Initiative, et également auteur de Postfix (le logiciel libre qui fait tourner plus de la moitié des emails du monde), et également combattant de la liberté. Je cite donc le manuel en sa version FR http://thomasgil.com/hacker.html:

          L’état d’esprit du hacker ne se limite pas au monde du logiciel. Certains appliquent l’attitude du hacker à d’autres domaines tels que l’électronique ou la musique; en fait, on la retrouve aux plus hauts niveaux de n’importe quelle science ou art. Les hackers logiciels reconnaissent ces âmes soeurs et peuvent elles aussi les qualifier de « hackers »; et certains prétendent que la nature du hacker est complètement indépendante du domaine exercé. Mais dans la suite de ce document, nous nous focaliserons sur les compétences et l’attitude des hackers logiciels et sur les traditions de cette culture partagée qui a accouché du terme « hacker ».

          D’autres personnes s’auto-proclament hackers, haut et fort, pourtant ils n’en sont rien. Il s’agit essentiellement d’adolescents de sexe masculin qui adorent s’introduire par effraction dans les ordinateurs et pirater les lignes téléphoniques. Les véritables hackers les appellent « crackers » et ne veulent rien avoir affaire avec eux. La plupart des véritables hackers trouvent que les crackers sont fainéants, irresponsables, pas très malins, et objectent que de circonvenir à un système de sécurité ne fait pas plus de vous un hacker que de démarrer une voiture avec les fils électriques ne fait de vous un ingénieur automobile. Malheureusement, de nombreux journalistes et écrivains sont dupes et emploient le mot « hacker » pour décrire les crackers; ce qui irrite les véritables hackers au plus haut point.

          La différence essentielle est que les hackers construisent des choses et que les crackers les cassent.

        • « Histoire de canaliser la foule de développeurs, juristes, fous du code, experts, étudiants et citoyens lambda entassés pendant les 48h du hackathon, les organisateurs ont réparti les 38 équipes constituées dès le vendredi soir par thèmes : comment aider l’orientation des victimes vers les hôpitaux de Paris, organiser l’action des bénévoles de la Croix-Rouge, lancer des alertes de sécurité ou encore gérer les files d’attente d’une salle de concert. »

          • Paul Elji

            oui, par exemple: Net Merge Cure : solution de prévention de la radicalisation
            fondée sur la diffusion ciblée d’éléments de contre-discours sur les
            réseaux sociaux.

            ou – Détection : outil d’identification de niveau du risque de
            radicalisation d’un individu à travers ses différents profils sur les
            réseaux sociaux et l’analyse du contenu de ses messages

            Les réseaux : facebook ou twitter avec beaucoup de comptes cachés.
            En sachant évidement que twitter ou facebook réduisent sensiblement la recherche dans leurs données avec les APIs. Normal , ils vendent le service. Donc un hacker est quelqu’un qui fait le travail mais ……sans acheter leurs services et qui accéde aux comptes cachés.

            Mais hacker est utilisé à toutes les sauces, ainsi quelqu’un qui faut clignoter une led avec un Arduinon fait du hacking d’Arduino., du moins c’est ce que beaucoup disent 🙂