Et les lauréats du challenge Fablabs solidaires sont…

Photo de famille du 1er challenge Fablabs solidaires. © Carine Claude

L’Egypte, la Tunisie, la France… Le 6 avril dernier, la fondation Orange a décerné les prix du 1er challenge international des Fablabs solidaires, un programme d’éducation au numérique destiné à favoriser l’insertion des jeunes en situation de décrochage. Les heureux élus sont le fablab Egypt du Caire (prix du jury), le fablab AJST de Tunis (prix des internautes) et ex æquo, le fablab toulousain Artilect et le Parthlab de Parthenay (prix coup de cœur). Chaque lauréat remporte 15 000€.

« Il y a de l’inventivité et de l’imagination, mais aussi beaucoup de conscience citoyenne chez ces jeunes », se félicite Brigitte Audy, secrétaire générale de la fondation Orange, qui soutient à ce jour 32 fablabs. Chaque projet participant à la compétition, porté par 17 équipes de 6 pays, était issu d’un fablab membre du réseau Fablabs solidaires. Pendant plusieurs mois, des jeunes sans qualification de 12 à 25 ans ont planché sur des prototypes ou des applications destinées à améliorer le quotidien des habitants de leur ville, sur le thème « I make for my city ». « Il s’agit avant tout de leur offrir un parcours de formation à valoriser pour améliorer leurs chances d’insertion dans la vie active », ajoute la secrétaire générale. 

L’équipe du fablab Egypt en pleine euphorie. © Carine Claude

Lauréat du prix du jury, le fablab Egypt a été récompensé pour Guru Project, un kit open source permettant de fabriquer un robot sans connaissance informatique préalable. L’objectif de l’équipe ? Former à la fabrication numérique et au code des centaines d’élèves sortis du système éducatif, la déscolarisation étant chronique en Egypte.

Les internautes ont choisi pour leur prix le projet Smart Khadhra du fablab de Tunis, un objet connecté qui mesure les effets de la pollution dans la capitale tunisienne et les visualise via une application web et mobile.

Côté coup de cœur, le jury n’a pas souhaité départager le robot écolo dépollueur de la Garonne d’Artilect et le jeu de dames pour malvoyants du Parthlab. Nicolas Lassabe, président et cofondateur du fablab toulousain, explique que le programme Fablabs solidaires leur a permis d’embaucher une nouvelle fabmanageuse, suivie par la Mission locale d’insertion. « Elle pourra parfaitement témoigner de son parcours et apporter son expérience aux jeunes accueillis chez nous », ajoute Claude Soria, l’autre confondateur d’Artilect et coordinateur du Fablab festival

Le site des Fablabs solidaires