Le MIT est un gros pirate, la faute aux enfants qui aiment Scratch…

Un diplôme de pirate, officiellement décerné par le MIT. © Slice of MIT

Le site du MIT est-il le plus grand repaire de pirates du Web ? La British Phonographic Industry (BPI), l’association des pros de l’industrie du disque britannique, cible particulièrement depuis quelques semaines le célèbre Massachusetts Institute of Technology, en lui envoyant des dizaines de milliers de demandes de suppression de contenus pour atteinte aux droits d’auteurs, rapporte le site Torrent Freak

En cause, la plateforme éducative Scratch, où les enfants de 8 à 16 ans apprennent les rudiments du langage informatique, en créant des jeux et autres histoires interactives et en les partageant allègrement. Ces mêmes marmots, créatifs certes – plus de 12 millions de projets ont été partagés sur la plateforme depuis 2007 – mais bien peu au fait des lois en matière de droits d’auteurs, publient en masse leurs créations sur fond d’extraits musicaux.   

Sur Scratch, capture écran prise par Torrent Freak où l’auteur crédite Selena Gomez pour la chanson et Internet pour l’image… © DR

Le MIT n’a pas publié les détails des notifications de retraits. Google indique avoir reçu plus de 40 000 alertes concernant l’URL «scratch.mit.edu», remarque Torrent Freak, « ce qui fait du site du MIT l’un des plus gros sites pirates sur Internet, et sans aucun doute le plus transgressif dans le domaine de l’éducation ».