On a testé la VR porn de Marc Dorcel

La tendance porno est au gonzo (« au milieu de l’action »). Avec la réalité virtuelle (VR), on est carrément dedans… ce qui n’a pas échappé à Marc Dorcel. Le pape du porno français a convié une batterie de journalistes à visionner deux films tournés à 360°, casque VR vissé sur la tête, dans un décor de tournage de film X.

Les casques Samsung Gear VR sont posés sur le lit et la chaise du réalisateur. Une actrice Dorcel invite à s’asseoir pour tester la séquence soft. Première surprise : la même actrice se trouve dans la fiction, accompagnée d’autres stars des productions Dorcel. Le même studio a servi au tournage, tout est à la même place que dans l’espace de réalité virtuelle.

La chaise du réalisateur porno d’un jour. © Nicolas Barrial

Casque sur les yeux, je suis ce réalisateur pressé par mes actrices de choisir celles qui seront dans mon film. J’avoue ma préférence. Une autre hardeuse tente d’attirer mon attention à coups de plumeau. De toutes façons, je n’ai pas de pouvoir sur l’action… 

La séquence hard, elle, me propose cette fois de m’allonger sur le lit King Size. J’y retrouve mes amies virtuelles qui s’apprêtent à découvrir le graal dans mon pantalon. J’avoue être aussi curieux qu’elles. J’ai l’impression que la production a choisi un acteur «humainement» membré pour me doubler. Les actrices déroulent alors toutes les figures imposées au-dessus de mon gisant.

Une sphère à Gopro est posée sur la tête de l’acteur pour filmer à hauteur d’homme. © Marc Dorcel

Ma tête vagabonde jusqu’à trouver à ma droite une actrice qui s’adonne au plaisir solitaire. Comme moi? Paradoxalement, l’absence de contact (avec mon corps virtuel…) a un côté plus réaliste. Il faut dire que la VR affiche les personnes à échelle humaine tandis que la stéréoscopie (le relief) complète l’aspect très charnel. La qualité d’image du Samsung y fait beaucoup. 

Le plus troublant au final, c’est qu’une fois revenu à la réalité, j’ai cherché une ou deux picosecondes mon actrice fétiche des yeux. J’ai pris mes désirs pour la réalité. C’était bien l’objectif, n’est-ce pas ?

Pour se faire une idée de l’expérience (décorum en moins), la version soft est offerte à partir du 21 octobre par ici, la version X coûte 10 € (compatible avec tous les casques VR du marché). Les femmes, qui ne sont pas la cible de Marc Dorcel, pourront toujours pratiquer le gender swapping, très à la mode dans la VR.