Engie mise sur les drones et l’innovation

La surveillance par drones, Engie (ex-GDF Suez) connaît. D’ailleurs, ils ont même un lab, le GDF Suez Experts Drone Lab implanté au Centre de recherche et innovation sur le gaz et les énergies nouvelles. A l’instar d’EDF, l’énergéticien doit en effet assurer la maintenance de son réseau, mais aussi assurer la sûreté de ses sites. Le 1er avril 2015, GDF Suez est d’ailleurs entré au capital de Redbird, spécialiste de l’analyse des données techniques collectées par drones.

Les 2 millions d’euros ont été injectés par le fonds d’investissement du groupe lancé il y a un an, grassement doté de 100 millions d’euros. Destiné à aider les start-ups innovantes en phase de commercialisation, ce fonds sert à financer des appels à projets, faire tourner un réseau social d’entreprise et organiser des événements type hackathons. Au pilotage de la manœuvre : la direction de l’innovation et des nouveaux métiers, créée pour être plus réactive que les départements de la R&D concentrés sur les projets de longue haleine…

A lire aussi : «A quoi ressemble un hackathon sur les drones avec l’armée au jury?»