Les mains, outil essentiel du maker, et pas que pour taper au clavier. © Marco Estrella

La culture maker est morte, vive le re-make, par Felipe Fonseca

Commentaires

  • émilie goubert

    Bravo ! excellent article. Voilà pourquoi deux samedi de suite, je suis allé dans un Repair Café pour me faire aider pour réparer mon ordinateur. J’y ai rencontré des gens formidables, de tout âges, tout milieux sociaux et sans apriori. Nous nous sommes retrouvé sur ces questions de DIY, réparation, obsolescence programmée, etc… La culture dévorante de l’entrepreneuriat et la course à l’innovation à tout pris (pourquoi ?) n’est jamais loin, il faut la garder à distance. Gardons une petite lucarne de liberté, la sacro-sainte créativité (presque une injonction aujourd’hui) est à ce prix non?

  • super !

  • Véronique Routin

    Merci pour cet article et de rappeler la nécessité de la réparation ! ceci étant, dans la culture makers, c’est très présent, c’est un peu la « récupération » faite qui ne va pas dans le même sens. j’avais écrit un article sur les manifestes dans Internetactu sur ce sujet : http://www.internetactu.net/2013/07/04/que-refaire-le-manifeste-des-manifestes/