La Fab Academy fait des petits

Un diplôme de la Fab Academy. © Makery

Après avoir lancé la Bio Academy et la Textile Academy, la Fab Academy réfléchit à l’élargissement de ses programmes au design et au storytelling. L’artiste Olafur Eliasson, qui intervient déjà dans le cadre de la Fab Academy 2017, élabore un nouveau programme intitulé Why to Make (Almost) Anything, clin d’œil au célèbre cours How to Make Almost Anything du père fondateur des fablabs, Neil Gershenfeld. Son idée ? Prendre un peu de recul en s’intéressant davantage au pourquoi qu’au comment dans le domaine du faire. Selon Romain Di Vozzo, instructeur de la Fab Academy et de la Bio Academy, Neil Gershenfeld aurait même en tête de décliner le programme de la Fab Academy sous l’angle du storytelling avec les designers du prochain Star Wars.

« Avec son modèle de campus global et son réseau mondial d’éducation distribuée, l’objectif de la Fab Academy n’est plus nécessairement de former des gens pour qu’ils ouvrent des fablabs, mais d’aller chercher des intelligences dans tous les domaines pour toucher des publics qui n’auraient pas facilement accès au MIT ou à Harvard », explique Romain di Vozzo, fabmanager du fablab Digiscope à Saclay.

Romain di Vozzo, artiste, ingénieur et formateur de la Fab Academy. © DR

Aujourd’hui, près de 80 fablabs dans le monde accueillent le programme de la Fab Academy. Leur nombre pourrait ainsi augmenter avec ces nouvelles déclinaisons. « Pour sa troisième édition qui sera lancée en août 2017, nous recalibrons le programme de la Bio Academy, qui était quasiment à un niveau post-doc, à un niveau plus intermédiaire », ajoute Romain Di Vozzo. Pour cet ingénieur de l’Inria associé à l’université Paris-Saclay qui défend l’accessibilité de ces formations au plus grand nombre, l’idéal serait, à terme, de cumuler les programmes de la Fab Academy et de la Bio Academy en un seul et unique diplôme universitaire (DU), pour « créer un système d’enseignement inclusif mêlant à la fois des étudiants et des personnes extérieures à la fac ». Son initiative aurait reçu un premier avis favorable du côté de Paris-Saclay.

A Paris, la Textile Academy s’installe chez Villette Makerz

A la rentrée 2017, le fablab Villette Makerz by Woma deviendra le node parisien du nouveau programme de la Textile Academy. Testée lors d’un bootcamp au Fablab Barcelona en février dernier, cette formation dédiée à l’expérimentation et à l’innovation dans la mode démarrera le 26 septembre. Après trois mois de cours intensifs, les participants auront un trimestre supplémentaire pour peaufiner leurs projets. « Sur une durée globale de six mois, il faut quand même compter deux à trois jours d’effort hebdomadaire pour les apprenants », explique Guillaume Attal, fabmanager de Villette Makerz, qui prépare le lancement officiel de la formation et l’appel à candidatures courant juin. Avec un coût global de 5000€, le tarif du programme s’alignera sur ceux de la Fab Academy et de la Bio Academy, « matériel de base, accès aux machines et au lab compris », précise Guillaume Attal.