Le décor Detroit Funkestra, du studio Akoaki, un «supergraphique composite subliminal», s'inspire des salles de concert de Detroit. A Saint-Etienne, il se déploie au fil de la programmation de la biennale. © Annick Rivoire

A la Biennale de Saint-Etienne, le travail n’est plus ce qu’il était

Commentaires