/ Création Derniers préparatifs avant lancement d'Eniarof Moscou, la fête foraine déviante conçue par l'artiste Antonin Fourneau. © Antonin Fourneau

Antonin Fourneau dit tout sur Eniarof Moscou, la fête du jeu DiY

Eniarof a posé ses consoles et attractions bidouillées au festival des sciences du musée Polytech à Moscou, du 11 au 22 mai. A l’origine de cette fête foraine déviante et résolument DiY, l’artiste Antonin Fourneau. Makery lui a demandé de nous raconter cette 19ème édition.

L’idée est née en 2005… Antonin Fourneau, alors étudiant aux beaux-arts d’Aix-en-Provence, imagine en guise de projet de fin d’études un événement qu’il appelle Eniarof (fête foraine à l’envers). La première édition est un happening freak et bricolo, qui mêle rétrogaming, matériaux de bric-et-broc et circuits électroniques. Très vite, le concept se développe. Antonin Fourneau pose un cadre, « le dogme Eniarof » (en référence au dogme de Lars Von Trier), pour ancrer les principes de cette fête du détournement : on « fait » tout de zéro, en amont de l’événement. Depuis, Eniarof, comme les foires d’antan, est itinérant et s’exporte un peu partout : Aix-en-Provence, Lille, Poitiers… mais aussi Maribor et Pékin.

Mais quelle est la recette de cette hack fête foraine ? On a posé nos micros dans l’atelier d’Antonin Fourneau à ICI Montreuil, aujourd’hui enseignant en design d’interaction à l’Ensad, pour qu’il commente les images et vidéos de la 19ème édition, « Retrocompatible Museum Moscow », joliment renommée « Moscowniarof » par les participants.

En amont de l’exposition jouable des consoles et attractions bidouillées dans le cadre du Polytech Museum Festival, s’est déroulée une semaine intensive de workshop (du 11 au 20 mai), avec une belle équipée d’artistes designers russes, d’étudiants en jeux vidéo de Paris 8 et en design d’interaction de l’Ensad (réunis dans le cadre du Labex Arts-h2h), encadrés par les artistes et designers Guillaume Stagnaro, Manuel Braun, Grégoire Lauvin, Sophie Daste, Eric Nguy, Antonin Fourneau et la curatrice du festival Polytech Alexandra Khazina. Une visite inspirante au Musée des arcades soviétiques, un petit tour dans le fablab en projet de Polytech et quelques nuits blanches plus tard, six expériences ludiques, Kill-Ka, Darwin in Charge, Lyagoush’ à la Russe, Освободитель номинала, Aelita et Tesla says, ont été exposées au public russe. Diapo sonore.

 

En savoir plus sur Eniarof et sa prochaine édition, en novembre à Düsseldorf (Allemagne)

La newsletter Makery

Chaque semaine, l’essentiel de l’actu des labs. (archives)