7 septembre > 22 octobre

Linz (Autriche)

Time’s Up à l’Ars Electronica Festival

Quoi de neuf du côté des communautés digitales ? La 35ème édition de l'Ars Electronica Festival (AEF), du 7 au 11 septembre à Linz (Autriche), est l'occasion d'un vaste aperçu des tendances et questionnements de la société médiatique (net-art, médias sociaux, innovations…). C'est un peu le Festival de Cannes du numérique où se retrouvent chaque année artistes, collectifs, curateurs et grand public pour examiner les relations entre art, technologie et société. La thema 2017, « Artificial Intelligence - The Other I », y sera déclinée sous toutes ses formes (expos, spectacles, symposium, ateliers et performances) en s'intéressant aux attentes, visions et craintes liées au développement de l'intelligence artificielle. A suivre dans le bouquet d'événements, le Brain Computer Interface Designers Hackathon, dédié aux interfaces cerveau-machine ; le Future Innovators Summit qui présentera réflexions et prototypes sur le thème de l'être, de l'habitat et du travail en lien avec l'IA ; le workshop Netidee Open Source Community Camp de deux jours ou encore le labo Semiotics of the Laboratory, présenté par la Waag Society comme un observatoire anthropologique des pratiques de laboratoire. Sans oublier comme chaque année, l'exposition des prix Ars Electronica. Enfin, à l'honneur au Lentos Museum, Time's Up, dont Makery avait publié un large entretien sur le transport équitable en décembre dernier. Le collectif basé à Linz présente jusqu'au 22 octobre Turnton Docklands, une installation physique et narrative d'une ville portuaire imaginaire située en 2047 nommée Turnton. L'occasion d'explorer les scénarios sombres du changement climatique et de l'extinction des espèces, comme les options générées par des initiatives plus positives.

En savoir plus sur Ars Electronica 2017

22 > 23 septembre

Aix-en-Provence

Data Literacy Conference

Le rendez-vous de la « culture de la donnée », c'est ainsi que se présente la Data Literacy Conference qui tiendra sa deuxième édition les 22 et 23 septembre à Aix-en-Provence. Open data, big data, données pour tous… La Fondation Internet Nouvelle génération (Fing), le think thank numérique français organisateur de cette rencontre, avait réuni l'an passé quelque 180 participants pour soutenir « le potentiel des données enfin partagé ». Selon la Fing, « l’idée montante d’une “littératie” des données consiste à permettre à tout décideur, innovateur, chercheur ou citoyen d’en comprendre les enjeux, d’en discuter les sources et les usages, et d’en tirer parti dans sa propre activité ». Partager le pouvoir des données, développer un « état d'esprit "données" dans les entreprises, les institutions publiques, les associations » est l'objectif de ces deux jours de conférences, ateliers et débats, le premier au Centre des congrès d'Aix-en-Provence, le deuxième dans la garrigue aixoise, pour une visite en avant-première de thecamp, le techocampus européen du futur, et un barcamp «Data Literacy». Y participeront pros de la datavisualisation comme défenseurs de l'ouverture des données, du médialab de Sciences Po à l'ONG Open Knowledge International en passant par Infolabs.io, le portail de la communauté des infolabs ou encore la coopérative Datactivist. L'événement est gratuit sur inscription.

En savoir plus sur Data Literacy Conference

22 > 25 septembre

Paris

Le Monde Festival

Après avoir voulu « changer le monde » en 2015 et « agir » en 2016, le Monde Festival se prend à « rêver ». L'édition 2017 de la manifestation portée par le quotidien du soir explore la thématique du « monde des possibles » à travers débats, spectacles, rencontres et ateliers, dans des lieux emblématiques de Paris (Opéra Bastille, Palais Garnier, Bouffes du Nord…). Si, parmi la quarantaine de rencontres, on recommande « Faut-il rêver d'un monde sans travail ? », « Politique : la fin des utopies ? », « L’homme a-t-il atteint ses limites ? » ou encore « Start-up, miracle ou mirage ? », c'est plutôt les ateliers participatifs, gratuits et ouverts à tous sur inscription, qui ont attiré notre attention. Cette année encore, ils permettront de bricoler dans un lieu plutôt inhabituel, au rez-de-chaussée de l’Opéra Bastille, le dimanche 24 septembre de 10h à 17h30. Et en très bonne compagnie : Sylvie Tissot, chercheuse en informatique (et accessoirement dév de Makery…), propose de « Vivre avec les algorithmes » à travers une session de trois heures autour de l’interaction entre humains et intelligence artificielle : plus prosaïquement, on y détournera une brosse à dents intelligente… fous-rires garantis. A la même heure, l’artiste plasticien Julien Levesque animera « Poétique des objets connectés ». On y transformera un réveil en objet connecté, pilotable via des hashtags sur Twitter ou des J’aime sur Facebook. Nul besoin d’être développeur pour y participer !

Le programme du Monde Festival, inscriptions aux ateliers «algorithme» ici et «objets connectés»

22 > 24 septembre

Helsinki (Finlande)

Pixelache Festival

A Helsinki, le Pixelache Festival revient avec une programmation aussi pointue que déjantée. Un safari sensuel, un hackathon « culture coding » qui vise à reprogrammer les conventions humaines, des installations interactives comme The Big Bro de Krisjanis Rijnieks, une exposition de Nabb+Teeri, la démo du Multipoly, le Monopoly de la production décentralisée, ou encore une séance en groupe du Générateur poïétique en présence de son créateur Olivier Auber… Le festival finlandais, politique et artistique, se jouera des liens entre création, écologie, technologie et considérations éthiques et ravira donc les expérimentateurs d'alternatives en tout genre. Le thème de cette année, la « gouvernance locale et décentralisée », s’incarnera aussi par des assemblées quotidiennes de 18h à 21h, avec pour but la coconception d’une nouvelle configuration de l’espace public pour l’édition 2018. En conclusion, les festivaliers pourront assister à une bien nommée Fuckup Night, célébration du ratage qui dépassera le monde strictement entrepreneurial pour rendre hommage aux plus beaux échecs de la scène associative, culturelle et artistique. Et en plus, c'est gratuit.

Plus d'infos sur le site du Pixelache Festival

30 septembre

Paris

Editathon «art+feminism» spécial Nathalie Magnan

Wikipédia n’échappe pas au gender gap. Avec moins de 20% de contribu-teur-trice-s s’identifiant comme étant des femmes, l’encyclopédie collaborative des savoirs s’écrit au genre masculin, avec pour conséquences directes une vision tronquée de la société et une sous-représentation des thématiques féministes. Pour réduire ce fossé des genres, les éditathons Wikipédia «art+feminism», sortes de hackathons encyclopédiques, tournent dans le monde entier afin d’améliorer la représentation des artistes femmes dans Wikipédia et créer de nouvelles pages sur le féminisme, les cultures queers ou encore alternatives. Après un éditathon sur le thème de la désidentification organisé au musée des Archives nationales à Paris en mars 2017, la prochaine édition francophone se déroulera en simultané à la Gaîté lyrique, à l’école nationale supérieure d’art de Bourges en partenariat avec Bandits-Mages et à Bruxelles. Cette édition-hommage particulière sera consacrée à Nathalie Magnan, figure de proue française du media activism et du cyberféminisme disparue fin 2016. Activiste des communautés cyberféministes et LGBT, réalisatrice et navigatrice confirmée, elle était notamment connue pour son initiative «Sailing for Geeks», qui embarquait des geeks à la voile pour étudier les technologies de contrôle du trafic maritime, observer les mouvements des réfugiés ou encore ceux du transport équitable. Atelier gratuit. Ouverture des inscriptions le 28 août.

En savoir plus sur le site de la Gaîté lyrique

2 > 14 octobre

Madrid (Espagne)

Grigri Pixel

Deuxième édition de l'atelier Grigri Pixel au Medialab-Prado de Madrid, du 2 au 14 octobre, autour d'une sélection d'initiatives citoyennes africaines. Ce laboratoire ambulant entre makers africains et européens a cette fois-ci pour objet la fabrication collective de mobilier urbain open source. Des « amulettes ou grigris » qui doivent être « utiles et fonctionnels » pour la communauté de l’Espacio Vecinal de Arganzuela (EVA), un espace autogéré dans l'ancien marché aux fruits et légumes de Legazpi, mais aussi protéger l’espace commun qu’ils occupent, « grâce au récit de leur fabrication et au réseau affectif sur lequel ils reposent ». L'appel à candidatures international a retenu Aderemi Adegbite d'Iwaya Community Art Festival (Icaf), spécialiste des interventions artistiques alternatives dans la rue au Nigeria, Essome Ebone Ismael de la start-up sociale camerounaise Madriba & Nature qui construit des pirogues, des lits, des meubles à base de bouteilles plastique recyclées, Afate Gnikou, l’inventeur togolais de la W-afate, l'imprimante 3D fabriquée à partir de déchets informatiques, pour Woora Make, et enfin Toure Ndèye Mané de Côté Jardin, un bar à fruits bio expérimental sénégalais. Grigri Pixel migrera ensuite à Barcelone, du 2 au 12 novembre, en collaboration avec l'espace d'arts visuels Hangar, la Taula Eix Pere IV, une plateforme citoyenne du quartier de Poblenou, et l'école de design BAU.

Plus d'infos sur Grigri Pixel

7 > 9 octobre

Chartres

Festival Faire Hacker

Rendez-vous cet automne à Chartres pour la fête populaire du hack ! Betamachine, le hackerspace de Chartres, lance la deuxième édition de son festival Faire Hacker dans le cadre des Artisanales de Chartres, un gros salon régional dédié à l'artisanat. L'an passé, ce festival de la bidouille et du hack avait accueilli 10000 visiteurs venus se frotter, en vrac, au code, au montage de circuits imprimés, au semi de courge, au lancer de fusée ou encore à la construction d’éoliennes DiY. Même principe cette année, cette fois-ci sur le thème du développement durable. Stands de démonstration, ateliers d’initiation et conférences traiteront de citoyenneté, d'écologie, de culture maker et de communs. Une scène ouverte offrira une tribune d'expression libre pour les orateurs, qu'ils soient amateurs ou professionnels. Un Repair Café et des coding goûters complètent le programme, en construction. Car pour occuper les 1000m2 d'espaces dévolus au festival, le hackerspace lance un appel aux makers. Les organisateurs le promettent : « L’agencement, les animations et activités sont en mode “open bar”, libre à vous de proposer ce que vous voulez ! » Date limite des candidatures : 1er septembre. Le festival est en entrée libre.

Le site du hackerspace Betamachine