3 janvier > 26 février

France

Tremplin Jeunes talents 2017

Le label de créativité de Leroy Merlin Du côté de chez vous lance un concours pour makers en herbe sur la (large) thématique « Jeux de (dé)construction ». Ouvert aux jeunes de 18 à 30 ans, qu'ils soient apprentis, designers, étudiants en école d'art ou de graphisme, seul ou en groupe, le tremplin Jeunes talents mettra en avant des projets qui valorisent l'adaptabilité, l'open design, la modularité, les principes d'assemblage pour « construire et déconstruire, modifier, améliorer votre habitat en un clin d'œil ». Autrement dit, pour « inventer l'habitat de demain ». Le dépôt des dossiers en ligne se fait jusqu'au 26 février. Un jury de spécialistes du design, de l'habitat et de la fabrication (dont les designers Geoffrey Dorne et Thierry Coste) présélectionnera une vingtaine de projets. Les finalistes seront départagés du 22 au 28 mai, après une phase de prototypage (du 6 mars au 14 mai). Les équipes seront soutenues par du coaching (technique et tactique), afin de réaliser un prototype et une campagne de financement participatif. Dans cette deuxième phase, les frais de prototypage sont remboursés à hauteur de 400€. Trois prix seront décernés (un grand prix doté de 3 000€, un prix étudiant à 2 000€ et un prix du public à 1 000€). Les projets seront ensuite mis en avant dans les magasins Leroy Merlin et sur des événements professionnels.

Plus d'infos sur le site Jeunes talents 2017

21 janvier > 5 mars

Paris

Haunted by algorithms

Ils sont partout! Les algorithmes sont au cœur du projet Haunted by algorithms, qui mixe des conférences, un site internet et une exposition à la galerie Ygrec, vitrine de l’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris Cergy (ENSAPC) aux Grands voisins à Paris, la fabrique de biens communs qui occupe l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Conçue par les artistes Jeff Guess et Gwenola Wagon, l'exposition collective (issue du programme de recherche conjoint Médias/Médium entre l'ENSAPC et le Labex Arts-H2H, le laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines de Paris 8), questionne la présence toujours plus envahissante des algorithmes dans nos vies. Les artistes (dont Julien Prévieux, Nicolas Giret, Rybn, Fleuryfontaine…) ont répondu via « une multitude d’entités non-humaines, des formes de vie organiques et artificielles qui communiquent et agissent dans le monde – animaux, végétaux, machines, robots, esprits, extra-terrestres ». On recommande le 24 février, la rencontre avec la philosophe des sciences belge Vinciane Despret, suivie d’une performance du collectif A Constructed World (avec des étudiants de Paris 8). Et, en clôture le 3 mars, les performances du collectif Rybn et des auteurs de The Pirate Book, Nicolas Maigret et Maria Roszkowska.

«Haunted by algorithms», à voir à la galerie Ygrec, les Grands voisins, 82 avenue Denfert-Rochereau (75014), du mercredi au samedi (13h-19h), le dimanche (13h-18h) et en ligne sur le site dédié

2 février > 5 mars

Berlin

Transmediale

La Transmediale fête ses 30 ans. La grande convention berlinoise de la culture numérique toujours installée à la Haus der Kulturen der Welt (HKW) a choisi pour thème anniversaire « Ever elusive » (toujours insaisissable). Conférences, ateliers, performances, projections vont investir le bâtiment historique des congrès de la Guerre froide, accueillant des milliers de personnes durant les 4 premiers jours intenses du festival (qui se prolonge pour divers rendez-vous au HKW et dans d'autres lieux de la ville pendant tout un mois). Au menu, une grande exposition anniversaire intitulée Alien Matter (matière alien). La commissaire invitée Inke Arns entend explorer la dimension « alien » de la matière technologique. Il y sera question d'intelligence artificielle, de monde plastique, d'infrastructures contrôlées par ordinateur et d'Internet des Objets. Côté convention, autour de la question « dans un monde où la technologie opère de plus en plus indépendamment de l'homme, où est le pouvoir d'action et de médiation ? », un joli programme (en cours) de conférences et keynotes, avec entre autres Morehshin Allahyari et Daniel Rourke, les auteurs du Manifeste additiviste, l'artiste Steve Kurtz du Critical Art Ensemble qui parlera « écologies étranges », ou encore le studio de design critique néerlandais Metahaven, qui projettera son dernier film, The Sprawl (Propaganda About Propaganda). Sans oublier le versant musique et arts sonores du Club Transmediale, qui, autour du thème « Fear, Anger, Love » et d'un focus Mexique, propose concerts, expos, films et nuits clubbing, du 27 janvier au 5 février.

Tout le programme sur les sites Transmediale et Club Transmediale

20 > 24 février

Barcelone

Textile Academy Bootcamp

Après la Fab Academy, la Bio Academy et la Biohack Academy, place à la Textile Academy ! Du 20 au 24 février, le Fablab Barcelona accueille le Textile Academy Bootcamp, une première formation intensive dédiée à l'expérimentation et à l'innovation dans la mode. L'idée ? Explorer les matières textiles innovantes et conjuguer techniques artisanales et digitales. Ouverte à 25 participants, la formation payante est dispensée en anglais. Elle se déroule soit sur site au Fablab Barcelona (600€ à plein tarif, 450€ pour les étudiants), soit en ligne à un prix plus abordable (150€).

Les 40 heures de formation (conférences et ateliers) sont animées par des développeurs, des designers textile, des stylistes et des artistes. Le duo d'artistes Varvara Guljajeva & Mar Canet, adeptes de l'art génératif et désireux d'intégrer la fabrication textile à la culture maker, se penchera sur la question du matériel open source. La Fab Academy présentera l'impression et le scan 3D textile. Les ateliers permettront de se familiariser avec les e-textiles, wearables et autres textiles intelligents et d'explorer notamment les techniques de modélisation 2D pour la découpe laser. La question des bio-matériaux et des bio-composites sera abordée par la designer de mode textile Cecilia Raspanti et Anastasia Pistofidou, spécialiste des « fabtextiles ».

Inscriptions sur le site du Textile Academy Bootcamp

23 > 26 février

Amsterdam

Sonic Acts

Rendez-vous de la culture électronique aux Pays-Bas, le festival Sonic Acts investit du 23 au 26 février de multiples lieux dans Amsterdam (Stedelijk Museum, Paradiso, OT301, Muziekkgebouw et Bimhuis, De Brakke Grond, Ati, Amicitae) pour un programme riche de concerts, conférences, expositions et ateliers. Bien sûr, la partie nocturne propose son lot de performances (Aïsha Devi, Le1f, Pure, BJ Nilsen, Karl Lemieux, Matthew Biederman ou Pierce Warnecke). A noter la soirée spéciale Mini Sound Series de Maryanne Amacher et la soirée hommage au pionnier du micro-ordinateur Martin Bartlett. Côté salles obscures, on recommande les courts-métrages de l'ethnologue psyché Ben Russell et le récent portrait de la philosophe et zoologiste américaine Donna Haraway : Story Telling for Earthly Survival par le cinéaste belge Fabrizio Terranova. En journée, ateliers et masterclasses d’écriture critique, d’ethnographie sonore ou d’anatomie spéculative (avec Pinar Yoldas) sont au programme. Le sujet chaud du moment, les fakes news et autres faits alternatifs, est au programme (copieux lui aussi) des conférences. Zach Blas, l’artiste de l’obfuscation, une forme de camouflage sur les réseaux sociaux, donnera une conférence sur les « bio-exempts », ces personnes qui échappent aux lois biométriques (diplomates, enfants, amputés des mains) et proposera une masterclass sur « l’opacité informatique et le Contra-Internet ». Et pour ne rien gâcher, des débats philosophiques sont organisés sur « l’impératif de la mise à jour » (avec Armen Avanessian, Wendy Chun, Noortje Marres, Jennifer Gabrys) ou les « stratégies de contre-cartographie » (avec Eyal Weizman, Ingrid Burrington, Jamon Van Den Hoek).

Tout le programme sur le site du festival Sonic Acts

24 > 26 février

Paris

Salon Virtuality

Le Centquatre accueille Virtuality du 24 au 26 février 2017, le premier salon parisien de la réalité virtuelle. Adoubé par la mairie de Paris et avec la participation d'Unity, Vive, Numa ou encore Arte, Virtuality est né sous l'impulsion d'Olivier Godest, qui a notamment cofondé le Transmedia Lab d'Orange. Virtuality propose deux types d'accès : les pros sont attendus (pour 150€) le 24 février (expo, conférences et networking), le grand public (15€) a droit à deux jours d'exposition, les 25 et 26. Parmi la centaine d'exposants, des studios de création, des simulateurs comme Hypersuit, pour retrouver les sensations du vol en VR, mais aussi des solutions très concrètes comme les serious games dédiés à la santé du CHU de Nice. Quelque 80 conférences sur un format court de 15 à 20 minutes sont programmées.

Plus d'infos sur le site de Virtuality

8 > 12 mars

Lyon

Mirage Festival

Pour sa 5ème édition, le festival lyonnais « art, innovation et cultures numériques » le Mirage Festival, a choisi pour thème les « (Im)matérialités ». Performances, workshops, conférences, lives, expositions et autres projections forment le gros de l'affaire qui met l'accent sur les interfaces tangibles et la visualisation de données, et s'éparpille du 8 au 12 mars en six lieux de culture : les Subsistances et l'école des beaux-arts (pour la partie installations/performances), le musée des beaux-arts, le Pôle Pixel à Villeurbanne (pour les conférences), le Transbordeur (pour les concerts) et la Taverne Gutenberg. A suivre notamment, la performance Force Field du duo d'artistes russes Evelina Domnitch & Dmitry Gelfand à partir de l'installation du même nom conçue en 2016 pour le Lieu unique à Nantes, où des goutelettes d'eau en lévitation incarnent le champ acoustique (aux Subsistances, le 11/3). On recommande également les workshops autour de l'impression 3D ou de la réalité augmentée, et l'atelier des Culture Experience Days de l'Adami (on vous parlait ici de ce hackathon sur les outils et dispositifs pour la scène et l'artiste). Enfin, côté Mirage Open Créative Forum (MOCF), la partie plus pro de l'événement, des conférences tenteront d'« imaginer le futur » (Makery y est invité) ou d'aborder les « nouvelles visions pour l'économie » des cultures numériques (il y sera question de blockchain), et les « stratégies d'artistes » (on y retrouvera Albertine Meunier et Nicolas Nova). Enfin, un « Showroom Idémo » sélectionnera et présentera des propositions technologiques innovantes, imaginées au sein de labs.

Plus d'info sur le Mirage Festival

8 mars > 9 avril

Nantes

Peter William Holden à Stereolux

Une expo solo (et gratuite!) de l'artiste bricodeur et maître de l'art cinétique Peter William Holden, ça ne se rate pas ! Stéréolux à Nantes accueille, du 15 mars au 9 avril (en partenariat avec Makery, plutôt fan de l'artiste), trois installations et compositions musicales qui mélangent allègrement objets mécaniques et familiers. Autogene (2005) et son ballet circulaire de parapluies s’ouvrant et se fermant sans cesse, Arabesque (2007) et sa cohorte de bras et de jambes s’emballant et Solenoid (2009), orchestre rotatif de chaussures de claquettes claudicantes, traduisent une vision hybride singulière. Utilisant les nouvelles technologies en les mariant à de « vieilles mécaniques », l'artiste anglais génère des installations chorégraphiques d’ombres, de lumières, de musiques et de vidéos qui tournent tel un derviche tourneur. Pour ne rien gâcher, en amont de l'expo sont organisés deux workshops (payants, sur inscription) sur l'art cinétique en compagnie de Coline Feral, ingénieure roboticienne qui a notamment travaillé avec la compagnie La Machine et Aurélien Bory. Le premier (le 8/3 de 18h30 à 21h30) donnera un aperçu de la mise en œuvre technique de projets tels que ceux de Peter William Holden. Comment passer du concept à la réalisation ? C'est au cours du deuxième (le 15/03 de 18h30 à 21h30) que seront présentés et manipulés les outils idoines, dont Raspberry Pi.

Plus d'infos sur l'exposition de Peter William Holden à Nantes et sur les 2 workshops art cinétique

9 mars > 9 avril

Saint-Etienne

Biennale internationale du design

Saint-Etienne, capitale du design ! Pour sa 10ème édition, la biennale stéphanoise explorera les mutations du travail. Autour du thème « Working promesse », onze commissaires ont construit un parcours « in » en dix expositions, dont un Panorama des mutations du travail sous la houlette de Marie Lechner, spécialiste des arts numériques, ou encore La fin du travail, une carte blanche donnée au duo Degoutin & Wagon, auteurs de l'essai transmédia World Brain. Invitée d'honneur : Détroit, ville symbole de la croissance industrielle jusqu'à sa faillite en 2013, transformée depuis en ruche pour industries créatives. L'occasion pour la biennale de « partager l'expérience d'une ville résiliente » en consacrant trois expositions aux designers de la cité du Michigan. Côté makers, l'appel à contributions est toujours ouvert pour l'exposition Tiers-lieu, fork the world, troisième volet du cycle « Design-moi un tiers-lieu » initié par des fablabs et autres espaces ouverts de la région : Open Factory (Saint-Etienne), la maison Jules Verne (Aurec-sur-Loire) et la Myne (Villeurbanne).

Tout le programme sur le site de la biennale

10 > 19 mars

Austin

South by Southwest Festival

Ça va être difficile de faire aussi bien que pour son 30ème anniversaire, en 2016, quand le président Obama était venu prononcer l'un de ses discours enflammés sur le numérique. Du 10 au 19 mars se tiendra la 31ème édition du festival South by Southwest (SXSW) à Austin, Texas. L'événement déniche les talents émergents de la scène de la musique (SXSW Music), du cinéma (SXSW Film), des médias interactifs (SXSW Interactive) comme du stand-up (SXSW Comedy). En 2017, du côté « célébrités » en matière de nouvelles technologies, on a repéré la conf' de Vint Cerf, l'évangéliste de Google et l'un des fondateurs du Web, de Mary Lou Jepsen, cofondatrice de l'association One Laptop per Child, ou encore des sulfureux Ray et Amy Kurzweil, adeptes du transhumanisme à l'initiative de la Singularity University. Les biohackers seront à la fête avec la keynote de Jennifer Doudna, co-inventrice de l'outil d'édition du génome CRISPR­-Cas9.

A suivre également, l'Interactive Festival du 10 au 14 mars, qui décernera ses prix à l'innovation interactive. 65 finalistes y sont retenus dans 13 catégories, couvrant aussi bien le « 3-DIY innovant » que la réalité virtuelle ou la « sci-fi no longer » (littéralement, les projets qui démodent la SF).

Plus d'infos sur le site du South by Southwest Festival

22 > 25 mars 2017

Santiago (Chili)

Gosh 2017

La communauté pour le matériel libre et la science ouverte se donne rendez-vous en mars 2017 à Santiago, capitale du Chili, pour l'événement Gathering for Open Science Hardware (Gosh). Une cinquantaine de développeurs, utilisateurs et bricoleurs du domaine de l’Open Science Hardware s'étaient retrouvés en mars 2016 au Cern à Genève pour « construire et former la communauté Gosh », expliquait dans Makery Jenny Molloy, coordinatrice de la rencontre. L'édition 2017 entend continuer à « explorer la diversité des projets existants, à partager les meilleures pratiques et à identifier les besoins de ceux qui sont engagés à faire et utiliser le matériel libre à l'intérieur des institutions et au-delà ». Concrètement, des démos, des workshops (autour des questions de licences et de design) comme des séances de partage de compétences et de co-développement d’outils sont prévus. L'appel à participation est ouvert jusqu'au 9 décembre. Si toutes les bonnes volontés sont bienvenues, les organisateurs veulent grandir modestement et limiter le nombre de participants sous la centaine, en privilégiant les « femmes, personnes trans et non-conformes » (52%) et les « peuples de couleur, peuples indigènes et peuples du Sud global » (52%).

Plus d'infos sur le site de Gosh

11 > 14 mai

Toulouse

Fablab Festival 2017

Objectif Europe ! Les Toulousains d'Artilect, pilotes du Fablab Festival, lancent un appel aux fablabs français et européens pour co-construire la programmation de l'édition 2017. Les makers peuvent proposer leurs contributions via un formulaire en ligne (en français par ici, en anglais par là) jusqu'au 19 février. Cinq grandes thématiques sont retenues (fablabs et société, fablabs et environnement, fablabs, art & création, fablabs, innovation & tech et enfin fablabs, villes & territoires). Rien de figé cependant, le formulaire permet de proposer librement d'autres sujets. L'équipe organisatrice reviendra fin février vers les participants pour caler leurs interventions. Ce programme participatif est encore en construction, mais le concept de Fabcity sera sans nul doute au cœur des débats. Un sujet sur lequel Makery, partenaire du festival, apportera sa contribution.

Selon la formule éprouvée lors des précédentes éditions, le jeudi d'ouverture sera consacré aux rencontres entre fablabs et au réseau, tandis que les professionnels, industriels, étudiants et chercheurs pourront venir à la rencontre des makers le vendredi. Le week-end sera ouvert au grand public avec son lot de démonstrations et d'ateliers gratuits autour du DiY, des drones, des biotechnologies ou encore des robots.

Plus d'infos sur le site du Fablab Festival

25 > 27 mai

La Roche-sur-Yon (Vendée)

Coupe de France de robotique

Objectif Lune ! La 24ème édition de la coupe de France de robotique aura pour thème « Le village lunaire ». Un clin d’œil au projet Moon Village de l'Agence spatiale européenne, la première base habitée qui devrait voir le jour sur notre satellite d'ici une vingtaine d'années. Accueillie pour la deuxième fois consécutive à La Roche-sur-Yon, cette compétition de robotique amateure pilotée par l'association Planète Sciences met au défi près de 200 équipes de jeunes venant de clubs de robotique, de fablabs ou d'étudiants ingénieurs de moins de 30 ans. Ils devront imaginer des robots capables d'évoluer en milieu lunaire et de remplir des missions spécifiques : récolter du minerai, construire la base, rapatrier des modules depuis la Terre ou encore lancer des engins spatiaux vers Mars. Les matchs se dérouleront sur une aire de jeux reproduisant le relief de la Lune. A l'issue du tournoi, les finalistes seront qualifiés pour rencontrer leurs homologues internationaux lors de la finale d’Eurobot, le niveau européen de la compétition. Les projets peuvent être soumis jusqu'au 31 décembre. Comptez 150€ de frais de participation par équipe, hors adhésion à l'association (50€ par structure).

Plus d'infos sur le site de Planètes Sciences