Labs en friche, en ouverture, en campagne…

Le Petit fablab de Paris, à l’été 2016. © Makery

Une fournée de nouveaux labs, des inaugurations, des campagnes de financements qui montent lentement… On fait le point sur la planète fablab.

Du côté des ouvertures…

En Haute-Savoie, Saint-Julien-en-Genevois accueille depuis mi-septembre son fablab, le Fabulien. Le nouvel espace espère sensibiliser aux nouvelles technos, favoriser la mixité sociale et « permettre aux citoyens de créer des objets utiles » via le DiY. 

A Boitron, dans l’Orne, l’association L’Ecloserie numérique ouvre la semaine prochaine son fablab rural. « Nous voulions ouvrir un fablab depuis deux ans », explique Xavier de Mazenod, son coordinateur. Parmi les premiers projets, il annonce « la fabrication d’une imprimante multi-têtes et d’une découpeuse laser ».

A Paris, le Centre Pompidou accueille depuis le 17 septembre au sein de l’Atelier des enfants La Fabrique, fablab destiné aux enfants de 9 à 12 ans, qui suivra le processus créatif d’un artiste par trimestre. On y revient très bientôt.

A Créteil, dans le Val-de-Marne, le fablab Diplab est en pleine installation. Sous l’impulsion du collectif In-Dialog, il deviendra « un atelier de quartier », parrainé par la maison pour tous, le centre social de son quartier des Bleuets.

En Indre-et-Loire, le Funlab de Tours amorcera sa rentrée en chantier le 30 septembre (de 16h à 18h) dans ses nouveaux locaux, dans le bâtiment industriel Mame.

Dans le Rhône, à Lyon, l’Attom (« atelier traditionnel technologique ouvert et mutualisé ») a été inauguré mi-septembre. Un nouveau lab qui s’ajoute au très actif tissu maker lyonnais.

Recherche financement(s)

Quand ils sont déjà ouverts, les fablabs continuent à se développer. Quelques nouvelles sur le front des appels à contribution.

Dans la capitale, le Petit fablab de Paris a lancé une campagne de crowdfunding pour acquérir une découpeuse laser, manière de « réaffirmer l’appartenance collective de la machine ». Le fablab a récolté pour l’instant 3 276€ (soit 65% de 5 000€) : plus que 4 petits jours.

Dans les Yvelines, l’association Hatlab coordonne deux fablabs : le Sunlab à Viroflay et le Sqylab à La Verrière. En 2015, elle remportait l’appel à projets de la région Ile-de-France pour les espaces de travail collaboratifs et obtenait une subvention d’investissement de 32 000€, conditionnée au fait de trouver un co-financement. D’où une campagne de financement participatif, qui s’est fixée un premier palier à 8 000€. 2 255€ ont déjà été récoltés (il reste 42 jours).

Vous lancez un lab? Une campagne de crowdfunding? Faites-le nous savoir