Ultimaker rafle 15 millions d’euros auprès de la Banque européenne

Une partie des crédits de la BEI sera investie dans le programme éducatif Pioneer program. © Ultimaker

Le montant pourrait faire des envieux. La Banque européenne d’investissement (BEI) vient d’octroyer un prêt de 15 millions d’euros à Ultimaker, le fabricant néerlandais d’imprimantes 3D open source. En toute logique, le banquier de l’Union européenne, qui injecte principalement des fonds dans l’innovation, a décidé d’investir dans leurs activités de R&D et leurs nouveaux produits.

Mais pas seulement. Une partie du prêt sera également consacrée au Pioneer program, un programme éducatif lancé par Ultimaker aux Etats-Unis et bientôt mis en place en Europe. Son objectif ? Sensibiliser élèves et enseignants à l’impression 3D en mettant en réseau 50 écoles disséminées un peu partout en Europe. « Le soutien financier de la BEI va nous permettre de renforcer notre position sur le marché global de l’impression 3D, déclare dans un communiqué Jos Burger, le président d’Ultimaker. Mais en tant qu’entreprise européenne, nous pensons aussi avoir un rôle à jouer en apportant l’impression 3D aux jeunes à travers toute l’Europe. »

Concrètement, le financement de la BEI va permettre à Ultimaker de distribuer gratuitement des imprimantes 3D et leurs consommables aux écoles du programme. Elèves et enseignants auront également accès libre à des plans de cours, à des tutoriels sur l’impression 3D et à des guides. « Le fait que nos machines et nos logiciels soient open source nous permet d’améliorer rapidement nos produits, mais ce sont aussi les écoles qui en bénéficient, explique Iris Smeekes d’Ultimaker. Les enseignants pourront facilement faire évoluer l’imprimante. Cela aura aussi une influence positive sur les élèves qui pourront l’optimiser ou la modifier selon leurs besoins. » 

Le site d’Ultimaker