Chez Eram, on pourra personnaliser son talon en 3D


L’impression du talon sur un prototype de bottine, pour le projet Atelier 27. © Eram

Concevoir sur mesure le talon d’une chaussure… et l’imprimer en 3D dans une boutique. C’est le projet d’Atelier 27, imaginé par le chausseur Eram, l’agence de design industriel Unistudio et la société informatique Neuronal motion qui ont mis au point le protocole. Il faudra attendre encore (la date est indéterminée) pour la production industrielle.

Un premier prototype est prêt : une paire de bottines Chelsea dont on peut personnaliser le talon parmi trois épaisseurs, une dizaine de couleurs, et une vingtaine de motifs (soit 600 modèles différents). « En moins de 30 minutes, la coque du talon est créée via une imprimante 3D puis est assemblée sur la base du talon déjà existant » annonce Eram dans son communiqué de presse. Pour l’heure, la technologie est en démo, comme lors du salon de retail Equipmag, du 12 au 14 septembre à Paris.

Le marché de la chaussure 3D semble encore se chercher. Designers, chausseurs et entreprises expérimentent. La société Recreus, spécialisée dans les filaments, dévoilait ainsi sa première paire de baskets en 2014.

La designeuse thaïlandaise Zoe Jia-Yiu Dai créait en 2015 une gamme d’escarpins haut-de-gamme baptisée « Breaking the 3D mould ». La forme, la couleur et le talon des chaussures étaient personnalisables grâce à l’impression 3D.

Présentation de «Breaking the 3D Mould»:

L’équipementier sportif Adidas avait montré en octobre 2015 le prototype de la chaussure de course Futurecraft 3D composée d’une semelle imprimée en 3D. En avril 2016, c’était au tour de New Balance de sortir 44 paires de New Balance Zante Generate à 400$, à la semelle imprimée en 3D.  

En savoir plus sur Atelier 27