Julien Beller du 6b est l’architecte du camp des migrants à Paris

Préfiguration du projet par Julien Beller. © Julien Beller

L’inflation de migrants dans les rues de Paris poussait Anne Hidalgo à agir pour les accueillir dans de meilleures conditions. Deux camps humanitaires vont ouvrir, l’un boulevard Ney (18ème), l’autre au sud de Paris, à Ivry-sur-Seine. Le premier accueillera dès le mois prochain 400 personnes (des hommes seuls). Une construction en un temps record pour un lieu qui se veut modulable. Le chantier, qui occupe un entrepôt de la SNCF, a été confié à Emmaüs Solidarité et à l’architecte Julien Beller, créateur et directeur du 6b, friche culturelle à Saint-Denis, qui mettra son savoir-faire au service de l’accueil des migrants en situation précaire dans la capitale.

Julien Beller, ancien membre du collectif d’architectes Exyzt et co-fondateur de l’association No Mad’s Land en faveur des gens du voyage, a travaillé à de nombreuses reprises sur le logement précaire des populations roms, notamment au camp du Hanul à Saint-Denis. 

Le projet sera organisé autour d’une bulle gonflable en PVC tissé, en guise de lieu d’accueil, et d’îlots de conteneurs maritimes organisés en quartiers de différentes couleurs, posés sur les deux étages d’une halle de béton préexistante. Huit îlots sont prévus, chacun pour une cinquantaine de personnes, avec leurs six douches et toilettes. Les migrants y dormiront par groupes de quatre avec à leur disposition une petite armoire et une prise électrique. Ils disposeront également de wi-fi dans les espaces de restauration. Un pôle santé sera organisé par Médecins du Monde et le Samu social.

Le second centre dédié aux femmes et aux familles ouvrira dans l’ancienne usine des eaux à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) à la fin de l’année.

Plus d’informations sur le site de la Mairie de Paris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer