Arles lance le débat sur la doc des projets arty des labs


L’Ocean Dress d’Alice Giordani, Valérie Marsaudon, Fang Yang, un projet artistique réalisé dans un lab. © Makery

Une première ! L’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles (ENSP) a réuni fabmanagers et spécialistes de la création pour s’attaquer à la documentation des projets artistiques montés dans les fablabs. Une prise de vue originale… sur le serpent de mer de la documentation sur la planète fablab. Ils étaient onze, le 20 juin, à venir secouer leurs méninges sur une solution qui motiverait les artistes à décrire et expliquer leurs projets « pendant le processus, au moment même de la réalisation », pour permettre la transmission des savoirs et pratiques. Parmi eux, le tout jeune président du Réseau français des fablabs, Olivier Gendrin, le responsable de la recherche au Centre national des arts du cirque (Cnac), une chercheuse de l’Institut international de la marionnette, un artiste, deux coordonnatrices du Zinc… et pour animer le tout, Yannick Vernet, en charge des projets numériques de l’ENSP.

Pour cette première journée d’études, Marylou Bonnaire du Zinc mettait en garde : « Les artistes ont parfois une méfiance par rapport à la documentation et la publication parce qu’ils sont déjà très exploités par l’industrie culturelle. Il faut travailler sur les enjeux de protection intellectuelle de leur travail (open source, licences CC, Copyleft …). » Un premier tour de table s’est organisé, chacun a contextualisé la question à travers le système mis en place dans son environnement. Pour découvrir de vrais jeux de concordance entre les univers : ce qui se passe dans le spectacle vivant (la magie, la marionnette, le cirque…) fait écho au processus de création au sein des fablabs, la même énergie collective se déploie dans l’instantané et… se collecte rarement.

Au terme de la journée (prochaine réunion cet automne), l’idée émergeait d’un outil utilisant le Web sémantique, qui permette une indexation des projets, chacun présentés de la façon la plus pluridisciplinaire possible, « croisant les regards sociologiques, esthétiques, et techniques ». L’application concrète est toute trouvée : le premier fablab dédié à l’image ouvrira ses portes dans les nouveaux locaux de l’ENSP à la rentrée 2018. On y reviendra.

Compte-rendu réalisé avec l’aide de Yannick Vernet et les notes des participants

En savoir plus sur le futur fablab de l’ENSP

Lire le compte-rendu de la réunion