La loi renseignement votée, Altern quitte le pays

Alors que la très controversée Loi Renseignement (le Patriot Act à la française), vient d’être votée, Altern.org, pionnier de l’Internet indépendant, quitte le pays. Son fondateur Valentin Lacambre l’a annoncé : ce sera la Norvège. Sur son blog, il liste les indicateurs d’Altern pour la liberté d’Internet, agrégat du classement de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières, de l’indice du développement humain des Nations Unies et du débit moyen Internet par pays selon Akamai. Son top trois donne : Norvège, Hollande, Danemark.

À la fin des années 1990, Valentin Lacambre avait été le premier poursuivi pour des contenus qu’il hébergeait (ceux d’Estelle Lefébure, ex-madame Hallyday) sur Altern. Aujourd’hui, Altern n’est plus un hébergeur et ne fournit qu’un service de messagerie qui compte 10.000 à 20.000 abonnés. Pour Valentin Lacambre, c’est le moment de moderniser le mythique service alternatif en hébergeant Altern en Norvège.

Son idée est de renouveler l’offre de confidentialité, à la façon de RiseUp ou de Hemlis, le service soutenu par Peter Sunde, le fondateur de Pirate Bay aujourd’hui incarcéré. Mais Hemlis, service pour smartphone qui entendait lutter contre les incursions de la NSA dans la vie privée, vient de fermer boutique. Quant à RiseUp, il demande une lettre de motivation pour obtenir un e-mail. « Il faut proposer des alternatives, estime Valentin Lacambre. Cela marche pour RiseUp parce que ce n’est pas un service commercial et qu’il ne cherche pas à constituer une base de données clients. Au-delà de la modernisation du service Altern, la demande de confidentialité est légitime et ne pourra qu’être croissante. »